En douceur, en douceur !


juin 11th, 2012


J’ouvre,
c’est Lao Tseu mon voisin de palier, lui aussi avait été réveillé par le boucan de Presler. Avec cet air que je lui connais bien aussi, perpétuellement hébété.

– Puis un beau jour j’en ai eu marre, c’était pis que la mer à boire …

Lao Tseu :
– Vous allez bien ?
Je lui fais un sourire  » fatigué » !
Moi :
– Ça va, ça va, je vous remercie.

Dans l’escalier une petite voix  » que bien aussi connais je   » nous fait :
– Vos abez besoin t’aite chair voi’in ?
Mon Chinois du cinquième.
Je suis fatigué mais touché par tant de sollicitude.
– Il y a des blessés ?
– Faut-il appeler la police ?
Ça c’est celle du troisième, que je ne la connais pas bien, elle.
Qu’est-ce que je fous là ?
Pieds nus et en robe de chambre avec la moitié de l’immeuble sur mon palier !
Bordel je fais la grasse matinée moi le samedi.  Je ne réponds pas à des questions incongrues au saut du lit le samedi matin !

– À tâter du côté de son cœur, en douceur, en douceur …

 Lao Tseu :
– Vous êtes tout pâle ?
Le Chinois :
– I foo appe’er une ambu’ant !
Celle du troisième :
– Laissez, laissez, mon frère est pompier je vais lui téléphoner !
Augustin revient à la charge :
– Taisez-vous rampants, vous ne voyez pas que vous l’assommez avec vos questions.
Les murs tremblent !
– Dégagez cloportes, regagnez vos perchoirs, allez oust, fuyez je vous l’ordonne !

Et tout ce petit monde de déguerpir avec courage sans moufter et voici mon palier de nouveau propre et net !
Augustin :
– Il fait décidément trop bruyant chez vous, je reviendrai une autre fois !
– Entre nous mon vieux il faut choisir vos fréquentations, c’est l’anarchie chez vous !
Ça c’était le bouquet !
Augustin :
– Et n’oubliez pas le message, aux sapiens, The Vache !

Voilà ça s’est passé comme ça, maintenant je revis la scène et écoutant la Luidgi.

– Je tolérais ce violon d’Ingres sinon elle devenait malingre…

Mon Colonel :

– Sous les pavés Nessie !

loch31.jpg



En forme !


juin 7th, 2012

Ma Mezzo, Mon Alto,
Ma Forme, Mon quart,
Ma Fenêtre, Mon Jus,
Ma fille du bord de mer, Mon Chinois de cinquième,
Lolotte, Lao Tseu,
Ma Soprano, Mon Ténor,
Fiston,
Ma voisine du sixième,

Lecteurs chéris,

Pierre les filles !

Un samedi de mai en deux mille bouse…
Fenêtres sur cour, quatrième étage, mon appart.
La, lala, la Luidgi est en forme.
Pardon ?
J’avais cru entendre.
Mais cela ne se peut point n’est-il pas, pas vous.

Ainsi ce jour, la Luidgi en forme, en forme de mezzo-soprano s’égosille en accompagnant le « Adamo » et les filles du bord de mer, si c’est samedi !

– Z’ťtaient faites pour qui savait y faire …

Dans la cour l’effet est immédiat, toutes ces fenêtres qui laissaient entrer cette première douceur de mai, se sont closes dans une belle unanimité sans même attendre le refrain.
La seule abstention fut la mienne, j’avais nuancé ma réprobation en n’en fermant qu’un seul battant. J’observais le trafic dans la cour en prenant mon petit déjeuner, trois quarts d’une tasse d’eau chaude, deux cuillères de café soluble, deux demi-morceaux de sucre, une tranche de pain cinq céréales, trois tranches de saucisson, jus aux quatre parfums exotiques et une demi-fenêtre ouverte. Avouez, cela commence fort, non ?

– Et encore, encore, z’auraitent pu danser la java …

Cette journée avait commencé bien plus fort encore, Augustin venait à peine de prendre congé, là.
Une expression dit  » vous sortir de votre sommeil « . Et bien avec Augustin on sort scié !
Une heure auparavant, il hurlait comme un possédé en brutalisant ma porte que je pensais très solide jusqu’alors, juste eu le temps d’enfiler une robe de chambre et de courir pour la sauver.
Augustin :
– Ha, vous êtes déjà debout, je ne vous dérange pas au moins ?
Ce mec est hallucinant, je le sais pourtant et à chaque fois qu’il me fait un truc comme ça, je ne sens floué, roulé, truandé, difficile à expliquer !

– En douceur, en douceur et profondeur …

Augustin entre.
Il parle, parle, gesticule, arpente en long, marche en large, théorise sur cent pas, piétine et conceptualise.
Moralité, The Vache s’apprêterait à nous livrer un message, à nous. Enfin à la terre, au monde, aux humains, à sapiens sapiens !
Phfff… Là j’ai la tête qui tourne.

On sonne à la porte !

b-d-h.jpg

À suivre …
Ha non ?
Si !