Dans la jungle, terrible jungle…


février 16th, 2008

Encore une nuit mouvementée où les vaches défilent dans un chaos indescriptible.

reves.jpg

Sorti de ma torpeur, hagard, trempé de sueur. Je cherche un peu de fraicheur, ce qui me vient à l’esprit instantanément  » deux boules vanille, pistache me feraient le plus grand bien ! » Il me faut quelques minutes pour reprendre mes esprits.
Les images de mon cauchemar me reviennent peu à peu…

Poursuivis par une peuplade d’anthropophages dans une cordillère inconnue, nous gravissons successivement trois cols pour échapper à nos poursuivants. Enfin la nuit venue nous dressons notre campement dans une vallée. Il nous faut reprendre des forces à tout prix.

Nous sommes à la recherche du grand Eldoradothevache, une expédition improvisée il y a cinq jours seulement.
La découverte de cette carte jaunie dans le grenier de tante Zaza…. « oui la femme de l’oncle Victor frère de Joseph …Enfin bon ! » nous a décidé définitivement.

Après une courte nuit bien méritée, une nouvelle aube se lève sur la vallée.
Et là devant nous L’arbre à Vache ! La carte disait vrai ! Pour l’expédition c’est l’euphorie générale, nous nous congratulons mutuellement « qu’est-ce qu’on est bons etc.. ».

varbrache.jpg

 

Très vite le camp est replié et nous nous enfonçons dans la jungle…ho wim boé…ho wim boé…

Je passerai sur les trois semaines de progression difficiles dans ce biotope hostile, mètre après mètre, centimètre après centimètre, millimètre après millimètre…hein !…oui d’accord !
Nous avons très vite compris que nos tronçonneuses électriques nous seraient d’une utilité très aléatoire,  » bordel qui a eu cette idée à la con !  » si ce n’est qu’une fois débarrassés d’elles nous avancions beaucoup plus vite.

Les signes se font plus précis accrochés dans les arbres,

dans-la-jungle.jpg

des effigies faites de branchages nous confirment que nous sommes sur la bonne voie.

dans-la-jungle-2.jpg

Je ne m’étendrai pas sur les six semaines passées dans les marécages et de l’imbécile qui transportait un stock de bombes aérosol anti-moustiques. On l’a noyé ! et noyer un mec avec des bombonnes aérosol c’est pas simple, je vous dis pas !

Puis nous rencontrâmes ce peuple qui n’avait jamais encore rencontré l’homme blanc, très charmants ces gens là, si ce n’est cette manie déplorable qu’ils avaient de nous palper pour un oui pour un non avec cette expression débile dans le regard, passant leur langue entre les lèvres.

Au milieu du village juché sur un totem le fétiche à tête de vache !
 » Tiens j’ai déjà vu ça quelque part … »

loreille-cassee.jpg

nous touchions au but.

Le Roi du peuple Pppphhhff …  » oui c’est comme ça c’est pas moi qui l’ai inventé. » nous fit comprendre en langue pppphhhhff que nous étions tous invités à un grand repas organisé en notre honneur.
(Pour les minutieux maniaco-dépressifs…oui nous avions un interprète de dialecte « pppphhhff  » enfin c’est ce qu’il disait ; pphhff par ici ppphhhff par là, gonflant le gars !)
C’est la pointe d’une sagaie entre les omoplates que nous fûmes escortés diplomatiquement mais très fermement jusqu’au lieu du grand festin ! hoo wim boé….hoo wim boé…

qeen-cow-1.jpg

Haa ils savaient y faire ces autochtones, des chants, des flambeaux et il allait y avoir une grande bouffe. Nous arrivâmes sur les lieux des réjouissances, une grande falaise illuminée par des milliers de torches et dans une faille au centre, une porte gigantesque,

qeen-cow-2.jpg

The Vache !

qeen-cow-3.jpg

Nous allions entrer dans le domaine de Queen Cow ! Hoo wwwimm boé….Hoo wimm..bbboooééé….Hôôôô Wimmm Bôééé…. putain fait trop chaud ! tiens…une glace deux boules vanille pistache me feraient le plus grand bien!

Et me v’la assis dans mon lit comme un co… Dans la jungle, terrible jungle….Le lion est mort ce soir….Ho wim boé..Ho wim boé..
y’a comme un truc qui coince…

Partager


2 Responses to “Dans la jungle, terrible jungle…”

  1. aldagor on février 17, 2008 15:07

    Peter Jackson avait donc rencontré the vache. Ha la vache! Tout fout le camp!!!!

  2. Q.I. on février 17, 2008 16:19

    Oui, je le crains et elle est devenue son précieux !

Comments are closed.